mercredi 27 mars 2013

Le loup et l'antisémite. Ésope revisité.

.
Les aminches,

Ce pastiche est dédié à tous ces vains éditocrates qui hurlent sans cesse, à tort et à travers, souvent pour rien, au délit d'antisémitisme.
.
Et notamment à monsieur Jean Quatremer, connaisseur hors pair de l'union Européenne mais propagandiste insupportable d'un système libéral moribond, monsieur Jean-Michel Aphatie, spécialiste en rien et donneur de leçons tous azimuts, monsieur Bruno Roger-Petit, excellent chroniqueur de football et tous les petits hobereaux du paysage audiovisuel français qui nous distillent savamment ce que nous devons penser.

On pourrait rappeler à tous ces braves journalistes que s'ils veulent passer au concret, les portes de l'action politique leurs sont ouvertes.

Qu'on rigole un bon coup.

On ne leur demande qu'une chose : informer les citoyens en faisant fi de leurs opinions dont tout un chacun se fiche éperdument. 



Voici la fable d’Ésope, "le garçon qui criait au loup" (un fabuliste grec de l'antiquité dont Jean de La Fontaine a pompé les idées s'est largement inspiré),  modifiée par mes soins.
J'ai changé le terme "loup" par antisémite et le mot "garçon" par  journalistes.
.
 J'implore toutefois votre mansuétude pour les maladresses dues à une adaptation ultra rapide.




Les Journalistes qui criaient à l'antisémitisme 

.

Il y avait dans notre belle France, des journalistes dont le rôle était d'informer les citoyens. Un jour, on chargea les journalistes de rendre compte de la vie politique du pays car il y avait des risques de dérapages dans la société française .
« S'il y a un antisémite, nous vous alerterons dirent les informateurs.

— Oui, chers citoyens, vous pouvez compter sur nous ! » leur assurèrent les journalistes.
Les citoyens leur firent confiance et les journalistes partirent au rapport. Tout semblait bien aller, lorsque soudain, les citoyens entendirent une clameur provenant des médias. C'était un journaliste qui criait qu'un antisémite, Jean Luc Mélenchon, en l'occurence était sorti du bois pour distiller une idéologie nauséabonde ! 
Saisissant tout ce qui leur était à portée des mains, les citoyens se hâtèrent au secours du journaliste et de ses acolytes. Cependant, lorsqu'ils arrivèrent, ils furent surpris de voir qu'il n'y avait aucun antisémite en vue. Il se mirent donc à la recherche du renégat. Alors qu'ils parcouraient les médias, tout à coup le journaliste éclata de rire et s'excusa, prétextant un erreur de dépêche AFP.
« Vous n'y trouverez aucun antisémite, dit-il encore en ricanant, car il n'y a jamais eu d'antisémite !
 
— Comment ça ! Pas d'antisémite ? s'exclamèrent les citoyens, n'en croyant pas leurs oreilles.

— Mais non ! Ce n'était qu'une bonne ruse, à laquelle, je souligne, vous vous êtes faites complètement avoir ! Mais je me suis excusé, cela doit suffire, non ? »
Naturellement, les spectateurs, furieux, grommelèrent contre les journalistes, les avertissant qu'à l'avenir il faudrait qu'ils agissent de façon plus responsable. Sur ce, les citoyens vaquèrent à leurs propres occupations, de fort mauvaise humeur.
Le lendemain, les journalistes commentaient de nouveau dans leurs médias. Vers midi, les tweetos entendirent des cris d'orfraie. C'était encore des chroniqueurs hurlant que cette fois-là, il y avait réellement un antisémite  s'apprêtant à diffuser ses horreurs. Malgré leur méfiance, les Internautes allèrent voir. Comme avant,  ils ne trouvèrent que le reporter se tortillant de rire tout en s'excusant.
Les journalistes avaient tellement pris goût à cet acte d'espièglerie qu'il leur vint à l'idée de le refaire quotidiennement. Bien qu'ils ne changèrent rien à leur manœuvre, les pauvres citoyens se faisaient prendre à chaque fois. Ils eurent beau les avertir maintes fois, les rédacteurs n'écoutaient toujours pas et n'en finissaient plus de s'excuser et d'alerter l'opinion sur quelque manifestation suspecte.
Un jour,alors qu'un journaliste enquêtait sur un parti de gauche qu'il haïssait. Tandis qu'il songeait au plaisir qu'il avait eu aux dépens des citoyens par ses appels sans fin, passés à stigmatiser et de traiter tous les gens qui leur déplaisaient de judéophobes , une bande de vrais antisémites, sortes de nazis déguisés en démocrates surgirent du bois. Ils étaient de toute évidence animés des pires arrières pensées car ils fixaient d'un regard avide le pouvoir.
Voyant les antisémites arriver, les journalistes, pris d'une panique sèche, se mirent à crier si fort qu'il firent fuir les oiseaux des arbres. Cependant, personne ne les crut. Ils eurent beau alerter de toutes leurs  forces l'opinion, les citoyens méfiants, lassés et fatigués de s'être faits avoir par les éditorialistes, avaient fermement décidé de faire la sourde oreille. « Ce ne sera qu'une fausse alarme, comme d'habitude. Il n'y a pas d'antisémites ! »
Ce jour-là, les activistes du fascisme antisémite  firent bombance. Sous couvert d'élections démocratiques et sous le regard impuissant des journalistes, ils réalisèrent un score diabolique leur permettant d'arriver au pouvoir par les voies légales.
Qui une fois ment, personne ne croit,
Bien qu'il dise vrai parfois.
.

Alors mesdames et messieurs les  hiérarques, tâchez de méditer cette fable antique et espérons qu'elle vous inspire un peu de mesure...
.
Mon dernier avertissement était une blague, bien entendu, vu la faiblesse, et la micro-influence de ce blog !
.
.

20 commentaires:

  1. Franc de Gauche
    http://www.lejournaldepersonne.com/2013/03/franc-de-gauche/
    On voudrait faire passer le leader du front de gauche pour un antisémite
    C'est la der des ders, pour pourrir l'atmosphère...
    Et rendre le climat un peu plus délétère.
    C'est la gauche qui se coupe l'aile gauche pour ne plus se sentir dans l'obligation de prendre son envol.
    La peur de s'écraser peut-être ou d'exploser en plein vol?
    Elle jette l'opprobre sur son propre frère !
    Après avoir renié tous ses repères...
    Il est vrai que les mensonges de la social-médiocratie ne datent pas d'hier...
    Mais tout de même, il y a une limite à la mauvaise foi : la Loi
    La Loi dit : qu'il ne faut pas utiliser son prochain pour réaliser ses propres fins.
    L'instrumentalisation de l'homme par l'homme... est un crime qui n'a jamais profité à personne.
    Déni, reniement et oubli de la vérité.
    Cela s'appelle une calomnie!

    - Antisémite ? Parce qu'il a osé divulguer les fines parties qui se jouent entre nos ministères et les puissances financières?
    - Antisémite ? Parce qu'il a osé rejeter cette partie de lui-même qui n'écoute que ses instincts et refuse d'entendre raison?
    - Antisémite ? Parce qu'il a osé dénoncer la main mise étrangère ?

    Et puis il y a quelque chose de très instructif dans cette insulte ... un malus révélateur : on appellera désormais antisémites tous ceux qui s'en prennent à l'argent roi.
    Bizarre... bizarre... comme c'est bizarre!
    Il n'y a pas plus antisémite que cette étrange assimilation
    On appelle ça comment déjà ?
    Une diabolisation !
    J'ai comme l'impression qu'on sous-entend que le diable est sémite.
    Question : lequel des deux protagonistes du jour est à dédiaboliser ?
    Le sémite ou l'antisémite ?
    Je crois que toute la France a déjà répondu à la question :
    L'un des deux camarades ! je vous laisse deviner lequel!

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Merci Rosa. Content de te revoir.

      À bientôt ! ;-)

      Supprimer
  3. Du Ésope tout craché. Superbe.

    Ceci dit, Lejournaldepersonne commence à me les briser menu, comme disait Audiard, à se ramener partout avec des textes pas moches mais souvent redoutablement inadéquats.

    Quant à la micro-influence de ton blog Cui-Cui, si tu savais pour le mien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'accepte sans problème les longs commentaires du journal de personne. Si elle a besoin de s'exprimer... Peut-être serait il plus judicieux pour elle de faire plus concis pour convaincre ? C'est à elle de voir.

      Concernant la micro-influence, mon cher Babel, si tu me permets de te donner un timide conseil; Abonne toi déjà sur twitter pour informer tes ami(e)s de la publication de chaque billet.

      En ce qui me concerne, par un ou deux liens par billet, j'essaie d'envoyer des lecteurs vers mes ami(e)s de blogs.

      J'ignore si j'en envoie beaucoup, mais je fais ceci dans un souci de partage. J'avoue quand même que la réciproque sauf avec 4 ou 5 blogueurs amis n'est pas fréquente.

      Autrefois, à l'époque des classements Wikio ou ebuzing, les liens étaient pléthoriques mais ne signifiaient plus rien !
      Je sais t'avoir lié, il y a pas si longtemps ;-)

      Supprimer
    2. Pour lejournalde personne, ami Cuicui, c'est un peu fatigant de voir le même commentaire sur une dizaine de blogs à la suite. C'est la seule chose que je lui reproche.

      Quant à Twitter, plein d'amis me le conseillent, mais bof... je ne m'y fais pas. Tant pis.

      Supprimer
    3. Rien n'est plus facile que la manipulation de Twitter : tu apprends plein de choses et tu choisis tes abonnés qui te fournissent des liens inédits.
      En plus, ça permet de te faire connaître.

      Tu vois, je n'ai pas de compte Facebook car je déteste la mentalité de son négrier de patron, autant twitter m'apporte beaucoup.
      Mais c'est à toi de voir !

      Supprimer
  4. Ah!Il n'y a que toi pour me ramener à Esope que j'aime depuis bien longtemps, et c'est bien trouvé!
    Moi, j'aime bien le commentaire de Lejournaldepersonne,Babel,et j'aime beaucoup ton site aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'adore Ésope. Je l'ai découvert très jeune et ma surprise a été totale quand j'ai vu les similitudes avec La Fontaine.

      Cela dit, les auteurs dramatiques français du 17ème siècle ont été très influencés, pour ne pas dire plus, par la civilisation grecque antique.

      Supprimer
  5. Je n'ai pour ma part, jamais participé, ni près, ni de loin, à ce débat du week end passé sur cette question précise. Merci d'en prendre note

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien entendu, je ne parlais pas de vous sur l'affaire de ce week end ! Dont acte.

      Je critique surtout une classe d'éditorialistes qui dégainent un peu trop rapidement et à mauvais escient, l'accusation d'antisémitisme.

      Mais en tant qu'ancien blogueur (depuis 2007), je vous ai entendu lors de diatribes, suggérer ou accuser des maux dont je parle dans ce blog, certaines personnes dont j'ai la conviction qu'elles étaient parfaitement innocentes.

      Les mots sont comme les piles Wonder, ils ne s'usent que si on s'en sert.

      De plus, ils sont comme l'alcool, plus on en abuse moins ils font effet. Alors, il est nécessaire de laisser au mot "antisémitisme" son essence maléfique.

      Ne galvaudons pas un concept par des utilisations inutiles et incessantes. D'ailleurs la conclusion de la fable précédente est remarquable.

      J'ignore comment vous avez pu me trouver dans ce trou de souris.

      Supprimer
  6. Quel talent Cuicui, mais tu as fait une victime innocente !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis navré... :-D Quant au talent : rendons à Ésope ce qui appartient à Ésope !

      Supprimer
  7. La marchandisation effrénée de notre réel qui a rendu la presse obsolète n'empêchera pas les "cuicui" de chanter à la fenêtre du Paradis des libertés.
    Robert Spire

    RépondreSupprimer
  8. Oui. On essaiera mais il faudra de sacrés portevoix ! ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Yeah, houhou, let's go ! Joliement dit.
    Mais où il est mon Rioufol du matin ? Je sors tout juste de chez Seb Musset où j'ai pris ma dose, mais je ressens comme un manque, dis donc !
    Hé ho, les pleurnicheries genre : Ouinnnn, j'existe pas, je suis invisible, personne ne me regarde jamais !!!" ça va suffire oui ? Déjà au moins un peu par respect pour les obscurs, les sans-grades, les invisibles et (on peut le dire) les niés (pas les niais, bien que...) de la blogosphère comme moi, hein !!!
    Et ton Bertrand-Roger Petit c'est pas du poulet ça ? C'est pas la classe internationale ? Je te préviens si un jour on te traduit en Coréen, pas question d'installer un Widget Traduction sur mon blog (d'ailleurs peux pas, à tous les coups...)
    C'est qui Esope, au fait ? (ah mon inculture me jouera des tours)

    RépondreSupprimer
  10. Cher Mike,

    Je ne galéje pas. Je ne joue pas au faux modeste. Je suis un petit blogueur sans grade, nié et niais comme à peu près tous ceux qui, comme nous tapent sur leur clavier pour l'amour de l'art et le plaisir de se relire pendant nos vieux jours...

    Sinon,je me demande comment BRP a pu me dénicher dans mon trou à rat ?

    Je serai influent quand @Quatremer, @JMAphatie, @Vogelsong ou @Authueil viendront commenter à tes côtés ! Rien que des grands, tu imagines... Une hirondelle ne faisant pas le printemps. :-D

    Autrement, j'ai mis les traducteurs afin d'avoir une réputation mondiale [carrément, ne lésinons pas].
    J'attends le traducteur en Arabe littéraire pour terminer les révolutions des printemps entamées trop tôt... ;)

    Mais ho ! Je ne suis pas un révolutionnaire ailé et internationaliste pour rien, allo, quoi !

    Quant à BRP, rendons-lui au moins cet hommage de participer au débat avec des blogueurs ou des twittos d'en bas.

    C'est si rare en ces temps de ségrégation médiatique où les comptes twitter de plus de 5000 abonnés se prennent pour des vedettes !

    RépondreSupprimer
  11. Limpide mon cui cui et merci pour le lien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouarffff ! J'ai mis 10 minutes à saisir la vanne !

      Je mériterai le titre de "relou"...

      ;-)

      Supprimer

Laissez-vous aller à votre inspiration, sans limite ! J'ai le cuir épais, le front étroit et la vue basse...

La seule limite aux débordements : la loi....

ATTENTION ! Autrement, ici, on ne censure personne. Les insulteurs, les aigris, les haineux seront reçus comme il se doit, ils devront toutefois s'attendre à de méchantes répercussions ; un chieur averti en valant deux, place aux commentaires !
L'espace des commentaires de chaque billet sera fermé au bout de 20 jours pour contrer l'affichage sauvage de spams.