mardi 11 février 2014

Désormais, il ne faut plus dire, "une promesse de faux-cul" mais "un engagement du MEDEF" ! Novlangue gauchiste...

.
Ou le pin's comme arme de conviction massive...

Rappelez vous l'efficacité redoutable qu'eut le pin's dans la lutte du PS contre le FN ! Marine Le Pen ne s'en remettra jamais...


Blague à part. 


Ce gouvernement de charlots avait tellement cru M Pierre Gattaz quand ce dernier avait épinglé à son revers un pin's sur lequel on pouvait lire 1 million d'emplois, qu'il pavoisait avec grandiloquence sur les chaînes du monde entier avec son pacte de responsabilité.

Et tous ces médias, toujours aussi stupides et à courte vue, d'entonner un Te Deum libéral à la gloire du (pas très) nouveau converti au libéralisme. Tel Clovis, François Hollande avait cassé le vase de Soissons sur le crâne frankensteinien d'une sociale démocratie bien cabossée .

La dot qu'avait offert le père putatif de la République à son futur gendre, le MEDEF, ce fameux pacte de responsabilité en échange non seulement d'un cadeau d'une trentaine de milliards mais d'une demande timide de négociations avec les syndicats, était conséquente mais le gendre, bien qu'ayant accepté le cadeau faisait encore grise mine.

Monsieur François Hollande comme la grande majorité des socialistes n'a jamais compris -et pourtant, ce n'est pas faute de le répéter sans cesse- que le patronat et une grande partie de la droite française jugent la gauche illégitime, même si elle rampe, le pantalon baissé sur les  genoux. 
On a beau  répéter insatiablement à la gauche qu'il n'y a rien à attendre de gens qui la haïssent viscéralement depuis le berceau (voir les études du genre de droite : notamment l'ouvrage, "la gauche on ne la veut même pas à poil !)", rien n'y fait !

  Négocier en confiance avec ces gens est stupide, naïf, contre-productif, une perte de temps, un piège à cons, une illusion fatale, leur donner une verge pour se faire battre.
C'est pourtant clair !

L'Histoire est là pour pour corroborer mes dires. Jamais, o combien jamais, de réformes cruciales pour résoudre de graves problèmes économiques ne sont parties du patronat. Pas plus aux USA qu'en Europe, quoique le patronat allemand soit infiniment plus intelligent que les autres instances dirigeantes d'entreprises.

Parce que, qu'on le veuille ou non, le MEDEF est un mouvement aussi communautariste, intégriste et jusqu'au-boutiste que bien des groupuscules religieux.

On entend fréquemment sur les ondes, des commentateurs critiquer les syndicats ouvriers qui seraient responsables de tous les maux de la société française ! L'Histoire prouve pourtant que la raideur idéologique, le refus de dialoguer et la représentation disproportionnée des grandes entreprises multinationales dans le MEDEF, bloquent toujours le dialogue et tronquent systématiquement le débat.


Le MEDEF est, a été, et sera toujours un organisme réactionnaire hostile à tout compromis et toute discussion qui haïra profondément tout mouvement issu de la gauche.

Seuls les socialistes l'ignorent.

Tant de naïveté nous pousserait à en pleurer de rage !

Si l'efficacité du pin's de Pierre Gattaz, patron du MEDEF est aussi infaillible que celui du PS à l'encontre du FN, nous ne sommes pas sortis de l'auberge !

 Pauvres de nous !


PS : si vous désirez lire un billet sérieux, un texte qui se tient autrement mieux que celui que vous avez lu en diagonale, allez donc voir le billet de l'ami Seb Musset sur son blog.

.

17 commentaires:

  1. Le paillasson solférineux est décidément devenu trop usé, trop lisse : il ne retient même plus la poussière des croquenots du MEDEF. Pouah !

    On n'entend plus, dans le silence peureux des pseudo-émules de Jaurès, que le timide aboiement de quelques "socialistes de gauche", chihuahuas velléitaires et pitoyables.

    Et puis un coup de vent, une clameur, et plus rien.....

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez raison dans les grandes lignes mais il est temps de courcircuiter le medef par des représentants de vrais entrepreneurs et non cette secte du Cac 40.
    Un vrai syndicat de petites et moyennes entreprises celles qui ne délocalisent pas et qui sont la force vive de ce pays est nécesaire. Le medef est illégitime car il ne représente qu'une minorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas faux du tout mais c'est aux patrons des PME de prendre le pouvoir et d'exiger leur place...

      Supprimer
  3. Le CEPME existe, mais c'est le MEDEF qui est pourri d'argent, et avec l'argent.....

    RépondreSupprimer
  4. Plus j'écris, moins j'ai de lecteurs et de commentateurs. C'est marrant ! :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi feindre l'étonnement en disant que les commentateurs sur les ondes accusent le prolétariat de tous les maux ? C'est vrai, c'est bizarre...
      Pourquoi nommer ces gens qui rampent devant le MEDEF "socialistes" ? Qu'est-ce qu'ils ont de socialiste exactement ? Nommons les choses pour ce qu'elles sont : des libéraux qui s'accordent avec le MEDEF ça devient immédiatement pléonastique.

      Novlangue de gauche...

      Supprimer
  5. On vous a connu plus convaincant.
    Un coup de mou ?

    Wazok

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lis toujours et pas qu'en diagonale ! Comme je l'écrivais tout à l'heure chez Babel dans son sujet sur l'Europe et les banquiers (pléonasme) : "Quand le dernier capitaliste sera pendu avec les tripes du dernier bureaucrate", nous aurons peut-être une lueur d'espoir à nous mettre dans les mirettes.
      A toute.

      Supprimer
    2. @ Wazok

      Mouais. Concours de circonstances...

      @lediazec.

      Petit coup de blues, Rodo. ;-)

      Et puis je désespère de voir que cette spirale infernale vers toujours plus de marché et de libéralisme, cette fuite en avant vers cette horreur de Traité Transatlantique qui veut développer la prééminence des multinationales sur les États par des actions judiciaires dont on sait bien qu'elles sortiront vainqueurs. Outre cette passation de pouvoir du politique au privé, l'ouverture de nos marchés à la merde américaine (bœuf aux hormones, OGM, insecticides, etc) sans possibilité d'établir des normes sous peine de procès perdus au titre de la libre circulation des biens...

      Et nous ne pouvons rien...

      Larmes.

      Merci à toi. ;-)

      Supprimer
  6. En retard dans mes lectures, j'ai eu la joie de pouvoir goûter ( avec délices) tes 3 derniers billets ! Un vrai régal !...:) J'ai l'impression que ce capitalisme sauvage est pris dans une sorte de tourmente, comme pris par et dans la vitesse actuelle de ses transactions et que lui-même n'arrive plus à distinguer, à définir de vrais projets d'avenir pour lui-même, qu'il comprend que cela ne pourra pas durer longtemps comme cela, à cause de ses mesures anti-populaires, au niveau mondial, et qu'il se saborde finalement lui-même , consciemment , en outrant ces mesures, ( car sachant ce qu'elles vont entraîner) et tachant ainsi de faire le maximum de profits afin de se mettre à l'abri pour le moment où les choses se gâteront fortement pour lui... Et c'est ainsi que l'on nous invente des diversions, comme cette " théorie des genres" afin de distraire le peuple de ses récriminations légitimes! :)
    Ces hauts financiers , car ce sont eux qui dirigent notre monde ( ou plutôt qui croient le diriger) n'ont pas de vraie vision globale de ce monde, leur "vision globale" se réduisant à celle de leurs seuls profits et non pas à celle du "Bien général" et de plus, ils se font la guerre entre eux ...une guerre dont nous tous sommes les pions, d'ailleurs, ce sui ne les chagrine pas le moins du monde...En fait, ils doivent vivre dans la peur , peur de perdre des bénéfices, peur de leurs rivaux, peur de ces peuples dont ils voient la colère monter ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme j'ai dit plus haut à Rodo, j'ai bien peur que nous soyons bien mal barrés, ma chère Fifi !

      Notre seule chance étant un effondrement du système dû à ses propres erreurs car je ne crois plus aux soulèvements populaires tant que les gens ne meurent pas de faim ou ne sont pas ruinés.

      Les dirigeants, acteurs économiques et médiatiques de notre société occidentale n'ont jamais disposé d'autant de mesures coercitives, de contrôles, de puissance, de force et d'intelligence pour parer à tout soulèvement populaire plus ou moins spontané...

      Il faut absolument rentrer ceci dans nos têtes tout en recherchant les failles, car il en existe forcément.

      Désolé d'être aussi rabat-joie.

      En tout cas merci pour tes encouragement car pour moi, ça va pas bien fort au niveau financier...
      Bises.

      Supprimer
  7. Les solferiniens ne sont pas naifs ils sortent des mêmes écoles - le Medef ce sont leurs potes de promotion d'HEC ou de l'ENA - Ils naviguent du public au privé en collectionnant les conflits d'intérêts. Les grands patrons du CAC 40 ne sont pas des créateurs d'entreprise mais des gestionnaires. Confie leur ton stand sur le marché ils tiennent 15 jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je sais bien !
      Avec toute l'armée d'experts, comptables, directeurs financiers d'une multinationale, je ne crois pas que la conduite d'une grosse entreprise soit très délicate vu en plus que si ces gens échouent, ils ne sont pas considérés comme responsables !!! Un comble.

      La prise de décision d'un grand groupe consiste en des arbitrages et du travail d'équipe.

      Un peu comme la fonction de ministre qui peut être remplie par n'importe qui sans compétence particulière.

      Simplement un ascendant sur son équipe

      Supprimer
  8. J'ai bien sûr exagéré à dessein le peu d'importance de compétences des patrons mais je ne suis pas convaincu, en voyant les résultats catastrophiques de certaines entreprises que la compétence du dirigeant ait été au rendez-vous.

    CQFD

    RépondreSupprimer
  9. https://www.youtube.com/watch?v=pPjYq9LoG3M

    RépondreSupprimer

Laissez-vous aller à votre inspiration, sans limite ! J'ai le cuir épais, le front étroit et la vue basse...

La seule limite aux débordements : la loi....

ATTENTION ! Autrement, ici, on ne censure personne. Les insulteurs, les aigris, les haineux seront reçus comme il se doit, ils devront toutefois s'attendre à de méchantes répercussions ; un chieur averti en valant deux, place aux commentaires !
L'espace des commentaires de chaque billet sera fermé au bout de 20 jours pour contrer l'affichage sauvage de spams.