mercredi 13 juin 2012

Le machisme gaucho n'est pas mort : il bande encore mollement !

.
Ami(e)s gauchistes et droitiers,

Depuis la pseudo affaire du tweet de Mme Trierweiler dont l'énormité du retentissement médiatique me laisse pantois, on assiste à un festival de réflexions dignes de la mentalité des contemporains de Jules Ferry qui me font hurler de rage !



Oui.

Parfaitement.

Sous prétexte qu'une meuf, épouse ou compagne un homme public, devrait selon les canons des arriérés du 21ème siècle,  se taire  et devenir une sorte de potiche !

Les femmes de ministres doivent fermer leur gueule... Même si elles sont brillantes dans leurs spécialités.

Après l'aphorisme particulièrement  con du pauvre Chevènement : "un ministre, ça doit fermer sa gueule ou démissionner", on obtient aujourd'hui la nouvelle doxa issue du 15ème siècle : "une femme d'homme public doit se taire et continuer à faire le ménage à la maison ! ".

Ouais ! Et il se trouve des femmes pour défendre ce point de vue...

Misère de misère.

Et la majorité de ces imbéciles de journaleux de s'engouffrer dans la brèche.

Parce que Mesdames et Messieurs les journalistes, une compagne d'homme public n'est plus un être humain, vous l'avez bien compris, c'est un objet silencieux qu'on exhibe pour se valoriser quand il est beau et qu'on cache quand il est moche ; dans ce cas, il s'occupe de la maison.

Parce que la femme d'un homme politique ne doit plus exprimer aucun sentiment, aucune parole, elle doit se comporter comme un zombie muet, surtout pas comme une citoyenne lambda.

La femme de politique est devenue un caniche de luxe, un chihuahua médaillé qu'on punit s'il aboie.

Pauvre société du 21ème siècle, incapable de laisser s'exprimer des femmes intelligentes !

Qu'attend-on pour acheter des colliers et des laisses à Audrey Pulvar, Valérie Trierweiler, Béatrice Schönberg et d'autres.

Comme si une femme n'avait pas d'âme et devait épouser obligatoirement les idées de son compagnon.
Comme si une compagne devait se taire pour obéir à son époux.
 Comme si une conjointe devait liquider sa carrière au bénéfice de son concubin.
Comme si l'amante de l'homme public devait avoir la langue coupée.
Comme si la femme était ravalée au niveau de l'animal de compagnie.
Comme si la tendre amie d'un politique devait devenir la poupée gonflable tendance 21ème siècle.

Comme le proclament certains rétrogrades de droite, le comportement de la femme n'est régi que par la passion, les pulsions, elle est l'incarnation du diable.

Et, cerise sur le gâteau certains gauchos de surenchérir !

 Dans quel monde vit-on ?

La femme est un ventre. "Dieu n'aurait jamais dû donner la parole aux congénères des sorcières" aurait rajouté feu Monseigneur Lefebvre.

Horreur et désespoir. L'homme est un loup pour ses louves.
 
Et puis c'est tout !


À après.
.

Après une longue période de jeûne, je salue tous ceux qui m'ont gentiment liés. 
Je n'ai rien à dire ! et alors ??  Carnet de notes de Yann Savidan  A perdre la raison  Partageons nos agapes  Alter Oueb  Le grumeau  La revue de Stress  Trublyonne voit la vie en rouge  Traqueur Stellaire  Répertoire de la Science Fiction  Le blog de Laurent Grandsimon  archeosf

34 commentaires:

  1. Le problème est que, lors qu'une "femme de…" exprime un jugement politique, ce n'est pas elle-même que les gens entendent, mais précisément la "femme de…".

    Et je pense en effet qu'une femme de président (ou un mari de présidente : nul "machisme" là-dedans) devrait avoir l'obligation, au moins morale, personnelle, de fermer sa boîte à camembert (et de ne même pas l'ouvrir pour le dessert).

    RépondreSupprimer
  2. Politude !

    Je suis bien obligée de tenir des propos vulgaires, rien que pour me démarquer de la vulgarité des manières :
    Vulgarité des manières qui ne datent pas d'hier
    Le premier homme n'a qu'une couille
    On croyait qu'il n'en avait pas assez avec deux
    Nous voilà rassurés... il n'en a qu'une. Parce qu'il ne peut en avoir qu'une
    En revanche, la première dame qui a prétendu n'en avoir aucune... elle en a trois sous le pied (Trierweiler)
    Et elle vient de le prouver, s'il vous plaît
    En damant le pion à son double... à la face du monde entier
    Faut-il s'en réjouir ou maudire ce couple président sans ciel
    Où la première dame joue les surhommes.

    Non, mon intention n'est pas de sauver le soldat Royal
    Mais de dénoncer ce royaume délétère
    Où seul l'instinct grégaire légifère...
    Tout à l'égo... l'égotisme le plus vulgaire
    De madame... Rottweiler !
    Elle ne peut pas être plus socialiste que les socialistes, tout de même,
    ni plus royaliste que le roi
    Et pourtant, elle l'est... et vient de l'étayer
    C'est elle qui va gouverner au nez et à la barbe de tous les français
    On ne le savait pas, maintenant on le sait. Nous sommes faits!


    Une femme peut en détruire une autre
    Une femme peut nuire plus qu'aucun autre
    Une femme peut tromper tous les hommes du premier jusqu'au dernier... faut-il le rappeler ?
    Cette Valérie me rappelle Salomé
    Celle qui a demandé la tête de Jean le Baptiste et l'a obtenu sur un plateau doré...
    Parce que c'est le moment de se demander
    Si notre élu est un homme pour de vrai
    Avec une couille en moins et une embrouille en plus !

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/06/politude/

    RépondreSupprimer
  3. @ Didier goux
    Quand cessera t-on de prendre le couple comme une entité irréfragable ?

    Quand cessera t-on de considérer que les mathématiques du couple ne se résument pas à 1 + 1 = 1 mais 1 + 1 = 2

    Dans votre couple, êtes vous d'accord sur tout ?

    Quand la parole de la conjointe cessera t-elle d'engager celle de son compagnon ?
    Merde alors, pourquoi avoir (récemment) donné le droit de vote aux femmes dans ce cas ?

    RépondreSupprimer
  4. Vous mélangez tout ! Moi, je ne suis pas président de la République. Et si je l'étais, ce qu'à Dieu ne plaise, j'inviterais fermement mon épouse à observer le plus parfait silence, au moins sur les questions touchant à la politique et à la conduite du pays.

    Mais quel rapport avec le droit de vote ?

    RépondreSupprimer
  5. Si la femme doit se conformer au devoir de réserve vis à vis de son époux homme public, c'est un exemple pour toutes les femmes de se conformer à cette règle vis à vis de leur mari.

    Et si la femme doit avoir le même avis que son conjoint, autant ne pas voter ! (c'est un peu caricatural, je le concède)

    Mettriez-vous votre tête sur le billot sur le fait que votre femme ne prendrait pas son indépendance et ne profiterait pas de sa liberté de ton si vous étiez un homme public ? Hum !

    RépondreSupprimer
  6. Non, je n'en mettrais ma tête nulle part ! Et c'est bien pourquoi je pense que l'épouse (compagne, concubine, etc.) du président de la République devrait bien avoir un statut officiel, par lequel on pourrait lui imposer une sorte de droit de réserve, puisque, apparemment, ces contemporaines greluches ne sont pas capables de comprendre toutes seules qu'elles devraient la fermer.

    Est-ce que vous avez souvent entendu le duc d'Édimbourg donner son avis sur la politique de l'Angleterre ou sur la façon dont la reine gère son turbin ?

    RépondreSupprimer
  7. Entre nous, vu le niveau du prince consort, il vaut mieux qu'il se taise.

    Quoique j'aie de vagues souvenirs de grosses bêtises proférées par l'impétrant.

    Et puis, on n'a plus de monarque. Vous imaginez Élisabeth 2 en concubinage, vous ?

    RépondreSupprimer
  8. Allez Zou, au jardin, à planter du poireau-bio comme la Obama !!!

    Sincèrement, je crois que j'en ai rien à branler, autant du délire autour de ce cirque (gonflé par le marché du journalisme ambiant qui vend les mêmes poireaux partout, mais il est vrai que la dame a tout de même le droit de dire non, voir merde/ après ça fait un peu merdier dans un parti qui essaie d'être un peu cohérent), que de la vexation de la Royale qui ne pige pas que les habitants de La Rochelle puisse lui faire un bras d'honneur sans pour autant souhaiter qu'un type (ou une femme de droite) déboule dans les parages.

    Troisio, j'aime bien La Rochelle, qui est une merveilleuse petite ville au bord de l'eau.

    RépondreSupprimer
  9. @ Mike

    Cette histoire, c'est une tragico-comédie avec la mort d'une héroïne (Royale).
    Un scénario Labicho-shakespearien qui décoiffe. Ça fait vendre du papier et ça permet de penser à autre chose que la crise !

    Content de te voir ! ;-)

    RépondreSupprimer
  10. Le seul reproche qu'on puisse faire à cette dame, c'est de soutenir cet homme en particulier. Si je me souviens bien, une amie très chère, et malheureusement décédée très récemment, me faisait remarquer il y a deux ans environ (ce n'est donc pas récent) que les militants PS de Charente-Maritime n'appréciaient que modérément cet homme-là. Je ne parle pas des Rochelais, mais des militants des autres cantons. Dommage, elle ne pourra plus me le confirmer désormais.

    En ce sens-là seulement, peut-être l'initiative de cette dame n'est-elle pas très heureuse.

    Et salut mon vieux Cui-Cui !

    RépondreSupprimer
  11. Bah....dans cette niaiserie, les agences de com' font leur boulot et attisent comme il faut. En clair : elles font des affaires. Et ça fonctionne ! Et ça rapporte.

    Pendant ce temps il y a des choses bien plus intéressantes et surtout autrement plus importantes pour la France, l'Europe, et d'autres pays aussi, qui passent à la trappe dans la presque indifférence générale. Par exemple les massacres et égorgements en Syrie et en série, qui se poursuivent orchestrés par quelques joutes verbales aussi insignifiantes qu'insipides de chefs d'état et autres autorités internationales.


    Contente de te retrouver Cuicui !

    RépondreSupprimer
  12. Salut Cui Cui.
    Content de te retrouver alors que moi, je ne me (re)trouve plus tellement en ce moment (et c'est heureux). Je lis du Nicolas Bouvier et ses compte-rendus de voyage. Au moins ça gazouille et ça vaut tous les tweets du Monde, du Beau Monde comme celui du Méchant Monde.
    Sur Madame Trierweiler, ce n'est pas par hasard qu'on s'acharne sur ce sexe (supposé faible). Elle faute, vois-je écrit un peu partout alors que - si j'ai bien compris - elle dit son soutien et son amitié (politique) à ce Monsieur Falorni (nom qu'on écorche régulièrement pour le dégrader, socialiste lui aussi.

    J'ai lu aussi chez Sarkofrance la qualification qu'il donne à ce Monsieur "opposant du même parti" : il y est qualifié d'"obscur baronnet local".
    Etrange qu'il soit qualifié d'"obscur" alors qu'il est adjoint au Maire depuis belle lumière et qu'il est au Conseil Général et socialiste depuis 11 ans.
    Pour en revenir à Madame Trierweiler, rien à rajouter.
    Sur ce que je peux dire d'elle en particulier, je n'en dirais rien puisque mes lectures et mon boulot m'occupent terriblement.
    Et que, lors de mes moments de repos, aux gazouillis de Twitter, je préfère les cui cui des merles et merlettes, des mésanges et les piaillements d'abominables passereaux.
    Bien à Toi.

    RépondreSupprimer
  13. "J'ai lu aussi chez Sarkofrance la qualification qu'il donne à ce Monsieur "opposant du même parti" : il y est qualifié d'"obscur baronnet local".
    Etrange qu'il soit qualifié d'"obscur" alors qu'il est adjoint au Maire depuis belle lumière et qu'il est au Conseil Général et socialiste depuis 11 ans."


    Hé oui....mais SARKOFRANCE est depuis des années un soutien indéfectible de Royal ! Vous saisissez mieux maintenant ?

    RépondreSupprimer
  14. @Arsenic
    Je le savais pour avoir été un lecteur (assez régulier) de SarkoFrance bien que souvent ses points de vue aient été souvent à mille lieues des miens.
    Mais ce que je remarque sur son billet, c'est ce soutien indéfectible (un peu idolâtre) que je n'arriverai jamais à comprendre tout à fait. Comme s'il fallait tout avaler.
    J'ai connu beaucoup de gens comme ça, un peu raidis et raides sur leurs convictions - c'était chez les communistes entre 1970 et 1980 ( de la "grandeur" à la "décadence")...
    Encore une fois : j'essaie de me tenir ( j'essaie, hein ?) à cette ègle qui me vient de loin : pensons bibi c'est-à-dire pensons singulièrement.

    RépondreSupprimer
  15. "L'obscur baronnet" a renvoyé la dame du Poitou à ses chères études. Entre les deux, je ne me suis pas prononcé. Plutôt difficile. Il ira siéger tout seul comme un grand, parmi les divers droites sans doute faute d'appui à gauche. Une victoire ? Pour lui personnellement, sans doute. Pour le reste...

    RépondreSupprimer
  16. c’est une affaire emmêlée. 1) on n’a jamais demandé à des hommes en bonnes relations (coucherie ou amis/copains) avec des ministres/présidents de ne plus exercer leur boulot…
    2) les journalistes et les politiques viennent tous du même cercle, formations, relations, ils sont par nature et surtout par le boulot toujours ensemble
    3) car suffit pas de coucher pour se passer des infos ou des influences…
    4) conclusion : soit on laisse les femmes tranquilles, soit on applique la même chose aux hommes.
    signé une femme

    et je me suis presque engueulée ailleurs d'avoir écrit ça… donc t'es l'exception.

    RépondreSupprimer
  17. Bonsoir, Cui-cui, contente de te retrouver! Et si ce fâcheux tweet , tout comme sa médiatisation , n'étaient en fait que la volonté de certains, au PS, d'empêcher Royal d'accéder à de hautes fonctions?
    Les copains de dsk , eux, sont plutôt bien placés dans ce gouvernement, mais Joly et Royal n'y entrent pas.

    RépondreSupprimer
  18. Bah...il ne faut tout de même pas occulter que les élu(e)s sont d'abord et surtout les serviteurs des très puissants réseaux (Think tanks, les très stériles Vanity tanks..., les nombreuses loges maçonniques et autres Clubs et Cercles.
    Certains "think tanks" exceptés, la plupart de ces acteurs ne défendent pas de convictions et ne proposent pas de solutions. Ils défendent surtout leurs propres intérêts et travaillent indifféremment pour les uns ET les autres. En d'autres termes, ils font des affaires et se portent bien, très bien même.

    Entre autres Think tanks, l'Institut Montaigne avait publié en 2009 une note très explicite pour mettre fin aux mouvements ravageurs de spéculation. Dans cette note, l'Institut Montaigne proposait d'interdire ces pratiques et de tracer les flux financiers. Pour ce faire, il suggérait un programme coordonné de nationalisations bancaires temporaires dans les pays du G20.

    Devinez la suite ?...

    Cette note provoqua immédiatement la colère de Michel PEBEREAU (BNP PARIBAS) et un tollé général chez les banquiers français !
    Pour la petite histoire ce think tank est le bébé de son ami BEBEAR, lequel est financé par BNP PARIBAS soi-même.

    En France, les insolents ont été écartés de leur poste.

    RépondreSupprimer
  19. @ BiBi

    "Mais ce que je remarque sur son billet, c'est ce soutien indéfectible (un peu idolâtre) que je n'arriverai jamais à comprendre tout à fait. Comme s'il fallait tout avaler."

    Effectivement, cela ne m'avait pas échappé.
    Au cours des 5 dernières années, quelques rares commentateurs lui en faisaient implicitement le reproche d'ailleurs.

    Il éprouvait des focalisations qui l'aveuglaient et ne taquinait jamais la controverse qu'il préférait ignorer. Dommage.

    RépondreSupprimer
  20. Je vous lis, les ami(e)s.
    Je suis l'œil qui observe mais je ne suis pas dans la tombe et vous non plus !

    Merci de donner du sens à ce blog !

    Vous êtes indispensables.

    RépondreSupprimer
  21. Merci pour cet éclairage, Arsenic, cela confirme mon impression.

    RépondreSupprimer
  22. Sans doute qu'on aime bien de se retrouver dans ton salon CuiCui. Discuter sans disputer; débattre et pouvoir exposer son point de vue sans se faire insulter est un luxe inestimable par les temps qui courent. Et sur ton blog, tu as su inviter les gens civilisés à venir échanger des idées. Merci.

    RépondreSupprimer
  23. Cui-cui, je voudrais pas casser l'ambiance mais tu es demandé dans la sonorisation de la radio de l'été des blogueurs, je répète "dans la sonorisation de la radio de l'été des blogueurs". Thanks

    RépondreSupprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  25. "Le petit Cui-Cui est attendu par Madame Kwa Kwa et Monsieur Coo-Ho Coo-Ho à gauche du podium des Stars. Il a une casaque jaune, une toque verte à pois, et il cravache une jument bleu défoncé."

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour Cuicui
    Enfin de retour .., j 'avais hâte de te relire .., je vois avec plaisir que tes billets sont toujours aussi percutants , incisifs , ..,, comme on les aime !!! Merci .., à bientôt

    RépondreSupprimer
  27. Fifi d'Ardèche ( Chiron)12 juillet 2012 à 16:23

    Un coucou à Cui-Cui :)

    RépondreSupprimer
  28. Un autre coucou à CuiCui qui me manque...

    RépondreSupprimer
  29. Salut les amis.

    Je vous ai toujours à l'œil ;-) . Je lis, j'observe, je m'indigne, le tout dans la plus grande discrétion et dans un effacement voulu.

    Je retourne à l'état de mollusque que je n'aurais jamais dû quitter.

    Hé hé hé !

    Je reviendrais sûrement un jour pour peu que mon cerveau repousse....

    En tout cas merci pour votre attention.

    RépondreSupprimer
  30. Alors CuiCui, je relance le fil...


    "La dissimulation est une imposture réfléchie".

    C'était dans les sombres années 1920, à l'époque des accords de Rapallo (suivi d'un autre), accords que le chancelier Khol avait curieusement rappelés à la mémoire. On peut s'interroger en effet.

    Or, l'engagement massif de SIEMENS dans le développement de l'industrie nucléaire Russe consécutif à son retrait d'AREVA, mais aussi la récente décision de Berlin de bloquer le projet européen du pipe-line Nabucco, concurrent de celui qui doit relier directement la Russie à l'Allemagne, et encore le sauvetage des banques des pays de l'Est qui ne semble pas poser problème à l'Allemagne, me fait curieusement penser aux manoeuvres discrètes sinon secrètes qui ont été animées entre ces deux pays entre 1920 et 1939. Avec le succès qu'on connait.

    L'Histoire rebat toujours les cartes et souvent cruellement.

    RépondreSupprimer

Laissez-vous aller à votre inspiration, sans limite ! J'ai le cuir épais, le front étroit et la vue basse...

La seule limite aux débordements : la loi....

ATTENTION ! Autrement, ici, on ne censure personne. Les insulteurs, les aigris, les haineux seront reçus comme il se doit, ils devront toutefois s'attendre à de méchantes répercussions ; un chieur averti en valant deux, place aux commentaires !
L'espace des commentaires de chaque billet sera fermé au bout de 20 jours pour contrer l'affichage sauvage de spams.