samedi 6 août 2011

La marchandisation de nos cellules ou "là où y a des gènes, y a du plaisir à se faire du pognon".

.
Saludos amigos,





J'avoue, la corde au cou, la tête couverte de cendres de barbecue : je suis un sacré cossard  parce que j'ai commencé et presque terminé ce billet depuis plus d'une semaine. Honte à moi ! Si par extraordinaire, je découvrais le gène de la paresse, je m'en irais illico le faire breveter. Il y aurait de grandes chances pour qu'il me rapportât suffisamment de quoi subsister pour quelques siècles (admirez au passage la pirouette subjonctive).

Vous savez ce qui m'amène, pour peu que je vous dérange ? D'ailleurs si tel est le cas, sachez que je m'en contre-fiche ; le sujet est suffisamment grave pour qu'on vous réveille au milieu de la nuit :  il s'agit de la lecture d'un papier du New York Times auquel je suis abonné. Figurez vous qu'en lisant cet article j'ai cru défaillir.

Tenez vous bien : la Cour d'appel fédérale des États Unis, qui se spécialise dans les affaires de brevets, a autorisé Myriad Genetics à breveter deux gènes humains spécifiques : le premier  pour prédire si les femmes ont un risque accru de contracter un cancer du sein et l'autre annonciateur du cancer de l'ovaire.

Selon le magazine Sciences, 20 % des gènes humains seraient déjà brevetés et chaque laboratoire désirant tester un médicament ou un test utilisant un gène breveté doit payer des droits au propriétaire.

Vous imaginez le business lucratif !

D'autant qu'on évalue le nombre total de gènes humains dans une fourchette comprise entre 25.000 et 40.000.

Je vous rassure, je vais arrêter là, mais le phénomène inquiétant qu'il faut tout de même souligner, c'est  la marchandisation à marche forcée de l'infiniment petit et surtout de l'infiniment intime comme l'ADN humain.

Désormais, sitôt une découverte révélée, sitôt un propriétaire. On pourrait presque penser à la conquête de l'Ouest ou chaque fermier se délimitait son propre espace de culture.
Dolly, la brebis clonée sous copyright

Jusqu'à quand l'homme s'appropriera t-il tout ce qu'il croise, de la moindre idée, en passant par des cellules vivantes, puis  des semences hybrides, des plantes génétiquement modifiées jusqu'à des planètes qu'il entrevoit à peine.


À quand une bourse des gènes pour y spéculer joyeusement ? 

Le profit est actuellement le moteur en sur-régime du libéralisme financier et je me demande sincèrement et naïvement jusqu'à quand les individus de cette planète s'appartiendront en propre sans payer des droits à un Grand Frère protecteur et propriétaire de nos chromosomes...

Aucun rapport avec la politique, argueront certains beaux esprits : détrompez vous , chers amis, ces petites réflexions valent bien plus pour nos descendants, qu'un hypothétique billet sur quelques réformettes sans grande portée à l'aube de 2012.

Amigos, excusez ces réflexions oiseuses. Je bosse dehors, il pleut à torrent et le moral est à l'avenant. 
À après !

10 commentaires:

  1. J'espère que tu as trouvé le gène de l'étanchéité...

    RépondreSupprimer
  2. excellent titre !

    et bon courage

    RépondreSupprimer
  3. "À quand une bourse des gènes pour y spéculer joyeusement?"

    Si le gène prend de la valeur les pauvres naitront "sans-gène".

    Robert Spire

    RépondreSupprimer
  4. Toutes les lois à la con passent .
    Il y a vraiment de grands grands malades dans les sphères gouvernementales , de la haute finance et dans les labos
    Une autre preuve :
    http://lesmoutonsenrages.fr/2011/08/07/japon-du-sperme-de-souris-cree-a-partir-de-cellules-souches/

    RépondreSupprimer
  5. Le seul gène qui ne sera pas commercialisé..,.(s'il existe )......,,celui de " la connerie" .......je me trompe peut-être ....la nature humaine est imprévisible !!!!!

    RépondreSupprimer
  6. J'arrive. J'arrive ! Je bosse aussi le dimanche, moi.

    @ despasperdus
    le gène de l'étanchéité n'existe pas, mais celui des pieds palmés oui... (Rires enregistrés.)

    @ Gaël
    À bientôt, Gaël !(agitation de mouchoirs blancs enregistrés)

    @ Robert Spire
    Il existe d'ailleurs une madame Sans Gène, non ? (rires et applaudissements enregistrés)

    @ Turandot
    Ah ! Quand il y a de gros profits à réaliser, il y a moult lois et de règlements à pondre !

    @ coq_aphone
    Le gène de la connerie est en chacun de nous de manière endémique. Moi-même j'en ressens fréquemment les symptômes.
    Toutefois certains ont le talent de le faire ressortir plus fréquemment...
    Ah ! L'injustice de la Nature ! (gémissements enregistrés)

    RépondreSupprimer
  7. @cui cui
    En écrivant ce mot j'ai effectivement pensé à cette Madame Sans-gène, roturière parvenue à la noblesse d'Empire. En ce temps là il y a eu un renouvellement de "gènes" dans l'élite du pays.
    Mais le rapport argent et génétique m'a rappelé un proverbe brésilien, comble du fatalisme: "Quand la merde prendra de la valeur, les pauvres naitront sans cul!"
    Robert Spire

    RépondreSupprimer
  8. @ Robert Spire

    En même temps, la révolution française a permis un renouvellement considérable des élites : la consanguinité de l'aristocratie de l'ancien régime commençait à peser très très lourd dans le dynamisme du pays.

    L'absence de mouvement dans les sphères dirigeantes conduit souvent à un engourdissement des esprits, il me semble. On est en plein dedans d'ailleurs.

    Je suis ravi et pas qu'un peu fier de vous avoir comme lecteur, Robert...

    RépondreSupprimer
  9. Ces histoires de gènes me gêne énormément! non me gène, non me gene, me géne ! et merde : me dérange ;)

    RépondreSupprimer

Laissez-vous aller à votre inspiration, sans limite ! J'ai le cuir épais, le front étroit et la vue basse...

La seule limite aux débordements : la loi....

ATTENTION ! Autrement, ici, on ne censure personne. Les insulteurs, les aigris, les haineux seront reçus comme il se doit, ils devront toutefois s'attendre à de méchantes répercussions ; un chieur averti en valant deux, place aux commentaires !
L'espace des commentaires de chaque billet sera fermé au bout de 20 jours pour contrer l'affichage sauvage de spams.