mercredi 6 mai 2015

Truculence et flatulences.

 Pour annoncer un retour sans tambours ni trompettes, je vous livre un texte qui ne pourrait être écrit actuellement tant cette époque est pudibonde, pusillanime et peu propice aux excès scatologiques.
L'extrait final en caractères gras me concerne particulièrement puisqu'il a influencé le choix de mon pseudonyme et exprimé tout le bien que je pense du sérieux révélé par l'auteur de ce blog.
.................................................. 

"En voulez-vous dadventaige ?
Ouy dea, respondit Grandgousier. Adoncq dist Gargantua :

RONDEAU
En chiant l'aultre hyer senty
La guabelle que à mon cul doibs ;
L'odeur feut aultre que cuydois :
J'en feuz du tout empuanty.
O ! si quelc'un eust consenty
M'amener une que attendoys
En chiant !
Car je luy eusse assimenty
Son trou d'urine à mon lourdoys ;
Cependant eust avec ses doigtz
Mon trou de merde guarenty
En chiant.
"Or dictes maintenant que je n'y sçay rien ! Par la mer Dé, je ne les ay faict mie, mais les oyant reciter à dame grand que voyez cy, les ay retenu en la gibbesiere de ma memoire.
- Retournons (dist Grandgousier) à nostre propos.
- Quel ? (dist Gargantua) chier ?
- Non (dist Grandgousier), mais torcher le cul.
- Mais (dist Gargantua) voulez vous payer un bussart de vin Breton si je vous fays quinault en ce propos ?
- Ouy vrayement, dist Grandgousier.
- Il n'est (dist Gargantua) poinct besoing torcher cul,  sinon qu'il y ayt ordure ; ordure n'y peut estre si on n'a chié ; chier doncques nous fault davant que le cul chier doncques nous fault davant que le cul torcher.

- O (dist Grandgousier) que tu as bon sens, petit guarsonnet ! Ces premiers jours je te feray passer docteur en gaie science, par Dieu ! car tu as de raison plus que d'aage. Or poursuiz ce propos torcheculatif, je t'en prie. Et, par ma barbe ! pour un bussart tu auras soixante pippes, j'entends de ce bon vin Breton, lequel poinct ne croist en Bretaigne, mais en ce bon pays de Verron.

http://unebonnenouvelleparjour.eklablog.com/complainte-d-un-oisillon-a47028481
- Je me torchay après (dist Gargantua) d'un couvre chief, d'un aureiller, d'ugne pantophle, d'ugne gibbessiere, d'un panier - mais ô le mal plaisant torchecul ! - puis d'un chappeau. Et notez que des chappeaulx, les uns sont ras, les aultres à poil, les aultres veloutez, les aultres taffetassez, les aultres satinizez. Le meilleur de tous est celluy de poil, car il faict très bonne abstersion de la matiere fecale.

"Puis me torchay d'une poulle, d'un coq, d'un poulet, de la peau d'un veau, d'un lievre, d'un pigeon, d'un cormoran, d'un sac d'advocat, d'une barbute, d'une coyphe, d'un leurre.
  "Mais, concluent, je dys et mantiens qu'il n'y a tel torchecul que d'un oyzon bien duveté, pourveu qu'on luy tienne la teste entre les jambes. Et m'en croyez sus mon honneur. Car vous sentez au trou du cul une volupté mirificque, tant par la doulceur d'icelluy duvet que par la chaleur temperée de l'oizon laquelle facilement est communicquée au boyau culier et aultres intestines, jusques à venir à la region du cueur et du cerveau. Et ne pensez que la beatitude des heroes et semi dieux, qui sont par les Champs Elysiens, soit en leur asphodele, ou ambrosie, ou nectar, comme disent ces vieilles ycy. Elle est (scelon mon opinion) en ce qu'ilz se torchent le cul d'un oyzon, et telle est l'opinion de Maistre Jehan d'Escosse.

 Rabelais, Gargantua, 1534. Extraits des chapitres 14 et 15

Merci à aux auteurs de ce site qui ont retranscrit scrupuleusement la truculence, la verve et la richesse de la langue de Rabelais.

Autres temps, autres mœurs...


Lors du prochain billet, je vous donnerai quelques recettes de cuisine, économiques et adaptées aux rigueurs budgétaires imposées par un gouvernement se prétendant de gauche...

Je suis heureux de vous retrouver et vous embrasse.
.


 

32 commentaires:

  1. Vous pensiez réellement qu'on avait besoin de vous pour découvrir Rabelais ? Vous vous prenez pour qui ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi pas ? Pensez a Sarko !

      Supprimer
  2. Contrairement à vous, je ne suis pas en mal de reconnaissance.
    Je me fais plaisir sans rechercher quelconque notoriété.
    Qu'importe si tout le monde a lu Rabelais comme vous semblez le suggérer.
    Les donneurs de leçons me saoûlent...

    RépondreSupprimer
  3. Rabelais c'est pas mon truc,de la même époque je préfère Villon. :.) en tous cas Content de ce retour en Blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage parce la langue est riche et particulièrement imagée.
      J'adore aussi Villon... ;-)
      Revenir au blog demande une discipline et une patience qui me manquent cruellement...

      Supprimer
    2. Rabelais contemporain de Villon, mais bien sûr ! Et n'oublions pas Saint-Augustin, Dante et Aristophane, parmi les camarade de jeux des deux François.

      Supprimer
    3. Qui a dit que Villon et Rabelais était contemporains ?

      Et puis ce besoin incoercible de ramener votre fraise pour montrer l'étendue de sa culture me navre : il me semble que vous valez mieux que ça...

      Faire des concours de bites à plus de 55 ans prouve une certaine immaturité...

      Gardez cette forfanterie pour les brebis qui semblent, on ne sait trop pourquoi, vous admirer autant.
      Poil au dent.

      Supprimer
    4. Petit Louis, un peu plus haut : « de la même époque je préfère Villon. »

      Supprimer
    5. Monsieur Goux de 1463 a  1483 il n'y a moins d'années que nous n'en avons non ? Je me demande quelle est la mesure des époques chez vous ? Vous voulez trop vous la péter, résultat vous barrez un peu en sucette sur un domaine qui vous est cher. Bref comme on dit pays c'est limite tehon car je n'ai jamais parler de contemporain :.)

      Supprimer
    6. Monsieur Goux de 1463 a  1483 il n'y a moins d'années que nous n'en avons non ? Je me demande quelle est la mesure des époques chez vous ? Vous voulez trop vous la péter, résultat vous barrez un peu en sucette sur un domaine qui vous est cher. Bref comme on dit pays c'est limite tehon car je n'ai jamais parler de contemporain :.)

      Supprimer
    7. "Contemporains" et "de la même époque" me paraissent pourtant bien synonymes ! D'autre part, il ne vous aura pas échappé qu'entre les années 1450 – 1460, où Villon écrit son œuvre, et les années 1530 – 1550 où Rabelais produit la sienne, il s'est passé cette petite chose que l'on a coutume d'appeler la Renaissance ; laquelle fait que Villon et Rabelais sont tout sauf "de la même époque". Et je trouve curieux que ni vous ni le maitre de ces lieux ne sembliez capable d'avoir une petite discussion comme celle-ci sans vous lancer aussitôt dans de petites piques ad hominem.

      Mais bon…

      Supprimer
    8. Ah j'attendais avec impatience la référence. au haut moyen âge et à la renaissance. Époques éminemment différentes pour la sémantique. Tout le monde a eu un de ces profs de français passionné par le sujet. Mais convenez, ad hominem ou plutôt ab initio que votre pique ramenant une station de métro bâtie vers 430 ou un pékin ayant rejoint l'enfer en 1341cherchait les crosses.
      Voilà voilà.
      Sans rancune vieux machin.

      Supprimer
    9. Ah j'attendais avec impatience la référence. au haut moyen âge et à la renaissance. Époques éminemment différentes pour la sémantique. Tout le monde a eu un de ces profs de français passionné par le sujet. Mais convenez, ad hominem ou plutôt ab initio que votre pique ramenant une station de métro bâtie vers 430 ou un pékin ayant rejoint l'enfer en 1341cherchait les crosses.
      Voilà voilà.
      Sans rancune vieux machin.

      Supprimer
    10. Villon, ce serait plutôt le bas Moyen Âge que le haut, mais enfin…

      Pour la suite de votre commentaire, elle est tout à fait incompréhensible ; pour moi en tout cas.

      Supprimer
    11. Bon.
      Brisons là. Net.

      Parce que, Goux, votre "vous vous prenez pour qui ?" initial n'est point une attaque ad hominem, peut-être ?
      .
      @Petit Louis
      Merci d'être passé par ce blog. Ce qui m'amuse le plus est que je pense que 90% de la population n'a probablement aucune idée de la Renaissance, du haut et du bas Moyen-âge, des effets des grandes pestes.

      Et puis à part les historiens contemporains, quel lettré de l'époque a pu prétendre appréhender le passage entre le Moyen-âge et la Renaissance ?

      Pas sûr que le peuple des paysans ou des citadins ait senti la différence !
      .

      Supprimer
  4. Or donc, Sieur Gargantua ainsi se torcha !
    Or donc, Sieur Cui cui fit l'oiseau ainsi le loua !

    Or donc, enfin te revoilà...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Rémi, je vais tenter de me faire violence pour revenir...
      Content de te revoir. ;-)

      Supprimer
  5. Les oisillons pullulent autour de ma maison en ce joli printemps (j'habite à l'orée d'une forêt). Leurs chants me réveillent gaiement, enfin jusqu'au moment où je découvre le tacheté fienteux de l'enveloppe extérieure de mon carrosse mécanique. Et là, j'ai bien envie d'user de la méthode gargantuesque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Veinard !

      Le printemps, c'est la renaissance pour les oiseaux. ;-)

      Supprimer
  6. ça nous fait bien plaisir de te réentendre gazouiller, même en ancien françois....pas le hollande, hein !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      Et pour moi, le plaisir de te retrouver... ;-)

      Supprimer
  7. Joli tour de chauffe, le corse. Content de voir que tu reprends du service !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tour de chauffe : oui.

      J'ai voulu commencer par un texte qui n'a rien à voir avec la politique...

      Les divisions idéologiques actuelles de la gauche ne m'intérressent pas des masses mais elles confortent largement une droite hyper réactionaire qui voit s'ouvrir un véritable boulevard devant elle

      Très heureux de te retrouver Rodolphe. ;-)

      Supprimer
  8. Contente de vous revoir et aussitot des polémiques.
    Le vrai net comme autrefois.
    Carole

    RépondreSupprimer
  9. Prof (des 7 nains)8 mai 2015 à 13:22

    Qu'est ce qu'ils faisaient comme fautes d'orthographe à la Renaissance.
    Scandaleux. Le niveau du bac était désastreux !

    RépondreSupprimer
  10. Trés judicieuse observation !

    Et on ose condamner l'enseignement de notre époque ou la valeur de nos écoliers...
    .

    RépondreSupprimer
  11. Renaissance...sur un sacré paquet de cadavres!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons bon, des cadavres maintenant…

      Supprimer
  12. J'imagine la joie et l'allégresse du paysan normand quand il a appris qu'il passait du Moyen-âge tardif à la Renaissance.

    Les bouchons de cidre ont dû sauter !
    .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ce n'est encore rien, par rapport au bonheur qui a saisi le chaudronnier cisalpin du Ve siècle lorsqu'il a appris un matin qu'il sortait enfin de l'Antiquité gréco-romaine !

      Supprimer
  13. Voilà qui est fait !
    Si tu n'etais pas là je me demande sur quel blog pourraient argumenter tes contradicteurs et etaler leur science.

    Tu leur a manqué probablement... et a nous c'est sûr.
    Bon retour.

    RépondreSupprimer

Laissez-vous aller à votre inspiration, sans limite ! J'ai le cuir épais, le front étroit et la vue basse...

La seule limite aux débordements : la loi....

ATTENTION ! Autrement, ici, on ne censure personne. Les insulteurs, les aigris, les haineux seront reçus comme il se doit, ils devront toutefois s'attendre à de méchantes répercussions ; un chieur averti en valant deux, place aux commentaires !
L'espace des commentaires de chaque billet sera fermé au bout de 20 jours pour contrer l'affichage sauvage de spams.